Récolte 2018

La récolte 2018 a été très disputée et troublée pour plusieurs aspects liés aux conditions météorologiques et aux conditions climatiques défavorables. Ces derniers étaient caractérisés par la chaleur et une humidité élevée dès juin, ce qui a également favorisé la prolifération de Mildiou et Oidium . En fait, juin a enregistré des températures supérieures aux moyennes sur trente ans de 1,5 degrés centigrades et, en même temps, il était le huitième plus humide à partir de 1800. Les fortes pluies qui ont frappé les mois de juillet et août ont fortement conditionné une situation déjà précaire, à savoir l’apparition de moisissures (botrytis) avec des pertes de récolte moyennes de 50%. En Sicile, selon les données de l’Observatoire régional des eaux, les pluies du mois d’août enregistrées sur la longue période – les trente dernières années – représentent environ 15 mm d’accumulation moyenne, en 2017 elles n’étaient que de 1,1 mm tandis qu’en 2016 elles sont arrivées à 25 millimètres en moyenne. Cette année, cependant, de vraies bombes à eau atteignant 100 mm se sont accumulées, ce qui a évidemment rendu impossible la réalisation d’une production standard de haute qualité. Trop de pluie, donc, et des vignes trempées qui font littéralement éclater et pourrir les baies. Parmi les cépages qui ont le plus souffert, il y a le Nero d’Avola car il est très sensible aux maladies fongiques.